Alphonse Daudet.org

Le site de l’association des amis d’Alphonse Daudet

Accueil > Œuvre > Lettres de mon moulin > Le Portefeuille de Bixiou

Le Portefeuille de Bixiou

vendredi 2 janvier 2009, par Gabrielle Melison-Hirchwald

Première publication

La nouvelle a été publiée pour la première fois dans Le Figaro du 17 novembre 1868.

Reprise dans le recueil des Lettres de mon moulin (1869).

Résumé

Daudet a repris ici un type balzacien pour figurer en lui les difficultés et les misères de l’homme de lettres. Dans la nouvelle, l’auteur reçoit la visite de Bixiou, célèbre pamphlétaire craint du Tout-Paris, soudainement devenu aveugle et s’apitoyant sur son sort. À la fin du récit, Bixiou parti, l’auteur se rend compte qu’il a oublié son fameux portefeuille, « sa poche à venin ». En réalité, il ne contient que des papiers sans intérêt et non les éléments compromettants que le critique prétendait.

Extrait

Tout à coup, près de la chaise où l’aveugle s’était assis, je sentis quelque chose rouler sous mon pied. En me baissant, je reconnus son portefeuille, un gros portefeuille luisant, à coins cassés, qui ne le quitte jamais et qu’il appelle en riant sa poche à venin. Cette poche, dans notre monde, était aussi renommée que les fameux cartons de M. de Girardin. On disait qu’il y avait des choses terribles là dedans... L’occasion se présentait belle pour m’en assurer. Le vieux portefeuille, trop gonflé, s’était crevé en tombant, et tous les papiers avaient roulé sur le tapis ; il me fallut les ramasser l’un après l’autre...

Un paquet de lettres écrites sur du papier à fleurs, commençant toutes : Mon cher papa, et signées : Céline Bixiou des Enfants de Marie.

D’anciennes ordonnances pour des maladies d’enfants : croup, convulsions, scarlatine, rougeole... (la pauvre petite n’en avait pas échappé une ! )

Enfin une grande enveloppe cachetée d’où sortaient, comme d’un bonnet de fillette, deux ou trois crins jaunes tout frisées ; et sur l’enveloppe, en grosse écriture tremblée, une écriture d’aveugle :

Cheveux de Céline, coupés le 13 mai, le jour de son entrée là-bas.

Voilà ce qu’il y avait dans le portefeuille de Bixiou.

Allons, Parisiens, vous êtes tous les mêmes. Le dégoût, l’ironie, un rire infernal, des blagues féroces, et puis pour finir : ... Cheveux de Céline coupés le 13 mai.

Liens

Consulter l’œuvre intégrale (gallica.fr)

Écouter la nouvelle (litteratureaudio.com) - Donneuse de voix : Romy Riaud

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.